środa, 4 kwietnia 2012

Dom bez kota to nie dom

Les amoureux fervents et les savants austères
Aiment également, dans leur mûre saison,
Les chats puissants et doux, orgueil de la maison,
Qui comme eux sont frileux et comme eux sédentaires.

(Baudelaire)


Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux;
Retiens les griffes de ta patte,
Et laisse moi plonger dans tes beaux yeux,
Mêlés de métal et d'agate.

(Baudelaire)

Le royal exilé prend de sublimes poses;
Il allonge son  nez sur ses pieds de satin;
Il s'endort, il échappe au stupide destin,
A l'irrémédiable écroulement des choses.
(Taine)

1 komentarz :